Tous les articles par Pierre

Expo au collège

Pendant quelques années, Fabienne Marty-Conq, professeure d’arts Plastiques a organisé dans son collège de Pluneret des expositions. J’ai eu la chance d’être invité à exposer en 2016 et c’est un formidable souvenir, de beaux échanges avec les élèves et les professeurs tous demandeurs de telles initiatives.
Au fil des années se succédèrent ainsi de nombreux artistes qui se retrouvent réunis aujourd’hui pour une rétrospective à l’occasion du départ en retraite de Fabienne. Qu’elle soit ici remerciée pour cette belle aventure, faire entrer l’art au collège de la plus belle manière!

expo au collège

Exposition à Romainmôtier (CH)

J’exposerai à l’invitation de la Fondation de Romainmôtier du 12 septembre au 11 octobre dans la Grange de la Dîme à Romainmôtier dans le canton de Vaud en Suisse.
j’ai appelé cette exposition « Conversation », la part belle sera faite aux signes et à l’écriture, clin d’œil à Isidore Isou, aux lettristes et aux Escaliers de Lausanne.

Le vernissage se tiendra le samedi 12 septembre à partir de 16h, l’invitation est lancée et j’aurai plaisir à vous rencontrer à cette occasion.
Vous pouvez voir aussi l’article précédent à ce sujet.

La dorme-veille, pour Romainmôtier

Voici un texte de mon ami Jacques Poullaouec. Il a écrit ce texte pour mon exposition à venir en septembre à Romainmôtier en Suisse

La dorme-veille

Saisir sans figer
Dormir, dormir, rêver, se réveiller peut-être
chaque rêve se déplace sous les yeux du dormeur-éveillé

Comment fixer un mouvement sans le figer ?
le pinceau a disparu, reste la cire chaude où
les papillons déposeront leurs couleurs

Sur ma peau le papillon
ne laisse que quelques traces éphémères
sur la toile de Pierre il continue à voler

Les papillons volent et filent les étoiles
l’haruspice a délimité son espace dans le ciel
le peintre a délimité son espace sur la toile
le regardeur va délimiter son espace dans sa tête

L’espace est si vaste, si petite la toile
l’œil du peintre voit ce qui ne peut être vu
et l’offre encore vivant aux regardeurs
voyants aveugles que nous sommes:

Fermez les yeux, appuyez sur vos paupières
et vous verrez l’espace de Pierre:
constellations secrètes, sécrétées à des années-lumière
rêves fragmentés qui bruissent
comme le vent dans le feuillage
vie tranquille de la vivante nature

Jacques Poullaouec

Des Mégalithes et des Hommes

Quelques unes de mes photos sont visibles à la galerie Cécile Loiret à Vannes jusqu’à fin septembre.
il s’agit entre autres d’une série de photos de 2008, faites au Menec où j’ai tenté de dessiner des menhirs aux milieu des menhirs. Cette série associe donc dessin et photographie (l’outil pour dessiner est l’appareil photo lui-même et la lumière de l’éclairage public au loin laisse sa trace sur la surface sensible)


Exposition Cécile Loiret

Exposition pour les 10 ans des Ailes Du

Exposition de groupe pour célébrer les 10 ans d’existence de l’association « Les Ailes Du ». Nous sommes une trentaine à investir le Château de l’Hermine à Vannes jusqu’au 27 novembre. Vous pourrez y voir 4 de mes tableaux. L’expo est visible 7 au 26 novembre, tous les jours de 14h30 à 18het de 10h à 12h30 les mercredis, samedis et dimanches. Une performance festive aura lieu le vendredi 16 novembre à 18h.

10 ans déjà que notre association, « les Ailes du », s’est invitée sur la scène artistique et la place publique vannetaise.. Il y eut d’abord le groupe « Pigment actif » implanté dans l’ancien quartier de la gare, il y a 20 ans déjà, qui ensuite se régénéra sous ce nouveau nom de « Ailes du… ». Cette appelation, suffisamment vague et dynamique pour être complétée à la guise de chacun, est aussi symbole d’envol.

Ce n’est ni une école artistique qui imposerait une certaine vision de l’art ou un idéal esthétique à la manière des impressionnistes de Barbizon ou des Nabis de Pont Aven, ni un groupe figé défendant un pré carré. Avant d’être des artistes, les membres des « Ailes du » sont des amis heureux de vivre ensemble, de se retrouver dans une atmosphère de convivialité pour monter des expositions et autres manifestations artistiques. Faire vivre l’art contemporain dans une ville comme Vannes, c’est dire que cette ville au très riche patrimoine historique et culturel est aussi traversée par des courants proches de la modernité artistique. Nous voulons montrer que l’Art peut aussi s’afficher hors des musées et animer l’espace urbain. Vivre et créer ensemble, c’est allumer quelques étincelles dans la cité et bousculer parfois certaines habitudes ou conceptions culturelles figées. Selon nous, le rôle des artistes est de sortir du cénacle des spécialistes d’un art auto-centré, fermé sur lui-même, pour s’ouvrir au contraire à tous, amateurs d’art, regardeurs, jeunes ou moins jeunes…qui apprennent ainsi à se connaître lors d’animations artistiques .

Mais notre rôle est aussi indirectement et implicitement économique. Organiser des expositions à la Galerie « Les Bigotes » et animations dans la ville de Vannes, c’est attirer des visiteurs qui font vivre le commerce local, animent les terrasses et donnent de la cité une image dynamique. Des rendez-vous culturels et artistiques réguliers créent une attente, une demande renouvelée et participent à l’image de marque d’une ville comme Vannes.

Je ne sais quoi et presque rien

Un nouvelle exposition en compagnie de l’ami Jacques Poullaouec qui exposera ses gravures se tiendra du 3 aout au 25 aout à la jolie Galerie Des Bigotes, 5, Rue de la bienfaisance à Vannes (Morbihan).

Entrée libre de 14h à 18h, tous les jours du mardi au samedi

J’y exposerai des peintures récentes.

Je ne sais quoi et presque rien

«  Pour toute la beauté

jamais je ne me perdrai

sinon pour un je ne sais quoi

qui s’atteint d’aventure. »

Jean de la Croix

Parfois on ne trouve pas ce qu’on cherche mais on trouve ce qu’on n’a pas cherché et qui nous arrive d’aventure : Sérendipité !

L’artiste est toujours en avant de soi ; sa main précède son esprit qui, comme l’aveugle, marche, avance progressivement, à tâtons. Il invente son parcours, sans en connaître le but. Il faut donc se lancer à l’assaut de l’imprévu, comme le bateau qui affronte la vague.

Se laisser dériver sur ses lignes d’erre ; pas de message, pas de figuration, mais un rapport de clair et d’obscur. On peut dire comment on navigue sur le papier ou sur la toile, on ne peut dire le pourquoi. Sur l’espace ouvert par la main, au départ c’est « presque rien » et à l’arrivée c’est un « je ne sais quoi ». Ce n’est pas aveu d’ignorance, bien au contraire, c’est la recherche délibérée de « l’inconnu, pour trouver du nouveau » (derniers mots des Fleurs du Mal de Baudelaire)

Exprimer l’inexprimable, l’entre-deux, la zone de brouillard, de brouillage, de fading, d’embrouillement. Cette aventure est quelque chose d’indéfini, d’indéfinissable ; quelque chose qui ne s’apprend pas ; c’est le faire qui importe, le « poïeïn » de l’étymologie grecque du mot « Poésie ».

Le titre que nous avons choisi pour cette exposition est à la fois modeste et ambitieux. Nous l’avons emprunté à Vladimir Jankélévitch qui dit du « presque rien » : « Je ne sais ce qu’il est, mais il n’est pas « je ne sais quoi » ; je ne sais ce qu’il est, mais il est à coup sûr quelque chose ». La main du peintre et celle du graveur ont une mémoire qui remonte dans leurs gestes, sans qu’ils l’aient préméditée ; c’est une anamnèse, une réminiscence, « une trace qui ne laisse pas de traces. Elle n’a pas le poids du souvenir, elle est plutôt la touche fugitive qui nous effleure, souvent même à notre insu … À la fois il en reste quelque chose et il n’en reste rien ».

Pierre Converset

Jacques Poullaouec.

Petits gris des îles

Un avant goût des tableaux qui seront présentés lors de ma prochaine exposition à la Galerie « Les Bigotes » à Vannes en aout prochain.  Aux côtés de tableaux plus grands, il y aura deux séries sur papier, support inhabituel pour la peinture à l’encaustique. Les tableaux sont des îles, chacun est un monde en soi, un ailleurs fragile. Cette série de petits formats s’appelle donc:  « îles »

Pour cette première série j’ai utilisé de l’encaustique sur un papier aquarelle Fabriano Artistico 300gr/m2.

2018

Une année nouvelle commence, je vous la souhaite belle et sereine, la paix dans les cœurs et sur la terre, soyez fous et sages, libres et heureux de l’être.

Reflets
Reflets

Alexis Gloaguen

À l’occasion de l’ exposition collective des « Ailes Du » au printemps, j’avais emprunté à Alaxis Gloaguen cette jolie citation à propos des « Zones d’ombres » (voir le billet précédent). Cet écrivain magnifique et discret sera en signature au café librairie de Séné le 15 novembre de 16h à 18h30, place Coffornic en face de la mairie. Il dédicacera ses livres , dont le récent » Écrits de la nature » ( Chez Maurice Nadeau) qui est une compilation d’ouvrages sur la nature parus dans les années 90. Il a vécu à Séné dans les années 80 et y a beaucoup écrit.
Cette dédicace sera suivie à 20 h 30 du Café Nature littéraire animé par l’auteur, à la Brasserie « Au Tableau », Centre Commercial Carrefour à Tohannic (Vannes) .

À l’occasion de cette exposition, j’avais exposé cette paire de tableaux qui se répondent (80×60 chacun, encaustique sur panneau):

« Mélodies en sous-sol » et « Oui nos sols démêlés  »

mélodie en sous-sol et oui nos sols démêlés
mélodie en sous-sol et oui nos sols démêlés

Zones d’ombre

« Zones d’ombre », c’est le titre choisi pour cette exposition de groupe proposée par l’association les « Ailes Du ». Nous sommes environ 25 artistes, plasticiens, peintres, sculpteurs à investir le château de l’hermine à Vannes pour une quinzaine de jours.

Alexis Gloaguen nous a autorisé à utiliser un passage de son livre, Les Veuves de verres, édité chez  Maurice Nadeau , et qui éclaire le choix de ce thème.

« D’où vient que nous soyons touchés par des phrases dites ou chantées en des langues inconnues ? D’où vient que la musique pure, qui ne signifie rien, soit sentie comme un langage et nous fasse vibrer ? D’où vient qu’une conversation, perçue par bribes dans un abri bus puisse nous investir de nostalgie ? Il n’est pas nécessaire de trop comprendre. La vie elle-même vaut surtout par les zones d’ombre, logées au cœur des meilleurs moments comme une ironie. Il faut préserver le crépuscule des images et la teneur noire des sons. »

Alexis Gloaguen (Les Veuves de verres, Maurice Nadeau éditeur)

Voici la liste des participants:

Christian ALLAIRE – Sylvie AMOUROUX – Godeleine AUGER – Béatrice BESCOND – Bernard-Michel – Jean-Pierre BRETECHE – Varban CHRISTOV – Pierre CONVERSET – Arthur DEGUILHEM – Marc DI NAPOLI – Gérard DUMAS – GERART – Franck GERVAISE – Catherine GONTIER – Laurence HERVE – Alain HISSETTE – Nadja HOLLAND – Philippe JEANNOT – Jutta KOHLEN – Vytautas KARCIAUSKAS – Thierry LANGE – Olivier LEDUC – Xavier LE LAGADEC – Romain LEVAVASSEUR – MANOUCH – Hervé MEHEUST – Marta MORICE – Jacques POULLAOUEC – Laura POTET – Karen RACCAH – Aline RIPOLL – Joël STRILL – Pedro TASENDE – Monique TOUPIN

20 ans

Ce site à 20 ans ce mois de mai!

C’est l’occasion de regarder tout ce qui a changé sur l’Internet et sur le web en particulier .  J’avais déjà fait un billet sur ce thème il y a dix ans, vous le retrouverez ici.

Nous sommes maintenant plus de trois milliard d’internautes à surfer sur le web… le plus souvent depuis des terminaux mobiles que nous avons presque tous dans le fond de nos poches. Nous sommes envahi par les ondes de toutes sortes qui nous grillent les neurones et nous brouillent l’écoute.

La tendance lourde de cette dernière décennie, c’est la tentative de privatisation d’Internet par des sociétés privées et en particulier Facebook qui en échange d’un service gratuit de publication se permet de  vous suivre à la trace et de collecter sur votre vie privée tout ce qu’il peut. Google n’est pas en reste et collecte tout ce qu’il peut collecter sur vous également. (Facebook a été condamné aujourd’hui à une sanction de 150 000 € par la Commission Informatique et libertés pour de nombreux manquement aux lois protégeant nos vies privées)
On peut ajouter que les soi-disant pages publiques de Facebook ne le sont vraiment que pour les inscrits à Facebook et donc ne croyez pas que le monde entier verra ce que vous publiez… voici ce qu’un non-inscrit voit toutes le 30 secondes sur une page » publique », rendant la consultation impossible:

je ne suis pas inscrit sur Facebook…

Vous l’avez compris, je n’ai pas d’amis (… sur Facebook) et pas de followers (… sur Twitter),  j’ai l’impression que ma vie (… numérique ) est un ratage complet… il va falloir que je consulte un web-coach .. 😉 ça doit exister sans-doute.

Internet est devenu un vaste supermarché avec tout ce que ça a de de pratique et de détestable.  je ne suis pas très optimiste sur la tournure que prend Internet et j’espère que les tuyaux ne seront pas vendus au plus offrant et  que nous pourrons continuer à exister sur le web en dehors de Facebook,  de Google, d’Apple, de Microsoft etc.,
le prochain billet sur ce thème dans dix ans… peut-être 😉

 

2017

Je vous souhaite, à vous qui passez par ces pages, une belle année 2017, je vous la souhaite poétique! pleine d’herbes folles et d’oiseaux libres.

 

Pouillot à grands sourcis

De retour au collège

Une petite exposition au collège Kerfontaine de Pluneret à côté d’Auray. L’exposition dure un mois, jusqu’au 14 décembre .

Galerie du collège Kerfontaine
Galerie du collège Kerfontaine

La galerie du collège existe depuis 2013 et permet aux élèves une confrontation directe aux œuvres et vient ensuite un travail en classe avec leur professeur d’arts plastiques, Madame Fabienne Marty-Conq. J’ai eu le plaisir de rencontrer et de travailler avec deux classes de troisième sur la matérialité de l’œuvre, la transformation de la matière ( Qu’est-ce qui fait peinture? quels outils? quels gestes etc.)

Il est possible de  visiter l’exposition sur rendez-vous . Veuillez contacter le collège au 02 97 56 61 18

Traits tirés

J’ai été invité à participer à la belle idée de Marie et Michel Thamin, à Savoir « L3V », une collection de livres d’artistes tous du même format, 3 volets et une totale liberté de création.

J’ai fait, au printemps, une série de photos d’herbes noyées par la mer lors des grandes marées et je me suis servi de quelques unes d’entre elles pour composer ce « L3V ».

Expo photos

J’expose une trentaine de photographies à la Réserve Naturelle des Marais de Séné jusqu’au 11 juin prochain. Ces photographies ont été prises lors de mes promenades dans la nature autour de chez moi. J’ai mis en regard des photos quelques textes d’auteurs  chers à mon cœur (F. Pessoa,  J. Renard, G. Perros et d’autres à découvrir sur place).

La réserve est ouverte tout les jours de 14 h à 19h, l’entrée à l’expo est libre ( la visite de la réserve est payante par contre, mais profitez en pour la visiter). Voici quelques unes des photos exposées: